Novembre 2020


Manifestations académiques :

Séminaire [en ligne] – Etudes sur la nuit / Estudios sobre la noche, organisé par le CISAN-UNAM (México), le Center for Interdisciplinary Research on Montreal McGill (Canada), l’Institut de Géoarchitecture de Brest (France)

Le 18 novembre 2020 à 16h00 : Andreina Seijas (Harvard Graduate School of Design), “La noche, interrumpida: Experiencias internacionales de gestión nocturna ante la crisis del COVID-19” & Yolanda Macias (UAM Cuajimalpa), “Intimidad, vínculos y emociones en la noche urbana contemporánea”

Retransmission sur Zoom et YouTube (canal del CISAN). Informations ici

Appel à communication [en ligne] – Covid 19, pandémies et crises sanitaires, quels apports des sciences humaines et sociales ?, organisé par l’École de management en tourisme Ostelea, l’Université Cadi Ayyad – date limite : 1er décembre 2020

Cette conférence virtuelle est une occasion pour interroger l’apport des sciences humaines et sociales dans le traitement des crises sanitaires et plus particulièrement la crise du Covid 19 dans le monde. Ce sera également une opportunité de poser des questions, analyser et éclairer le contexte actuel et futur dans une approche pluridisciplinaire où se croisent les disciplines des sciences humaines et sociales

Informations ici

Appel à communication – Les marges sont-elles vraiment le centre ?, organisé par l’Université Paris Nanterre – date limite : 30 novembre 2020

Le 17 janvier 2020, la journée d’étude organisée à l’université Paris Nanterre, intitulée La marginalité comme modèle – Étude critique transdisciplinaire d’un paradigme des marges, réunissant des jeunes chercheur·se·s de diverses disciplines, a convaincu ses participant·e·s qu’un espace était disponible pour l’étude approfondie de ce « paradigme des marges » dans les sciences humaines et sociales. Les exposés des participant·e·s à cette première journée d’étude, jeunes chercheur·se·s en anthropologie, géographie, littérature, histoire et mathématiques, ont permis de dégager un certain nombre de pistes de recherches que nous voudrions explorer dans un séminaire mensuel, dont les deux fondements demeureront l’ouverture disciplinaire et le recul critique et méthodologique sur l’objet de recherche

Informations ici

Appel à contribution – Ipséité et altérité : repenser la subjectivité avec Levinas, organisé par la Univerzita Karlova – date limite : 30 novembre 2020

Les philosophies qui gravitent autour du concept de subjectivité semblent déjà démodées dans les débats philosophiques actuels, alors que les philosophies « après » la subjectivité ont pris leur place. Néanmoins, si nous osons souligner la vivacité d’une philosophie qui prend la subjectivité comme thème central, en quel sens pourrait-elle être plus qu’un simple anachronisme ? Quelles sont les caractéristiques d’une telle vivacité ? À quel genre de débats philosophiques une telle philosophie pourrait-elle nous conduire ? Pourrait-elle éclairer les problèmes de notre temps ? En cherchant à trouver des réponses possibles à ces questions, le prochain numéro d’Interpretationes est consacré à Emmanuel Levinas et à ses innovations dans le domaine de la recherche de la subjectivité, notamment en ce qui concerne les notions d’ « ipséité » et d’ « altérité »

Informations ici

Appel à article – Turbulences, organisé par Romain Huet et Pauline Hachette – date limite : 1er décembre 2020

Ce dossier de la revue Socio-anthropologie se propose d’interroger des phénomènes de turbulence sociale et de recherche d’intensité, dont tout porte à penser qu’ils vont s’accroissant. Sports et loisirs à sensations fortes, espaces de « défoulement », mais aussi performances esthétiques extrêmes, les activités manifestant un surplus d’énergie et jouant avec les limites du débordement sont devenus légions. Elles semblent traduire un désir soutenu et puissant de susciter un état « astructurel » (Duvignaud, 1977), de mener une vie démesurée, ou encore de vivre une expérience pour elle-même, c’est-à-dire pour ce qu’elle suscite comme dépense, don, voire perte de soi. Là où l’emotional turn des sciences humaines nous a souvent amenés à prendre en considération les affects et à les intégrer à l’épaisseur des individus et à la logique de leur action, comme des réactions révélatrices de valeurs et de dysfonctionnements, des moteurs ou des décisifs, ces comportements sociaux mettent en jeu des affects recherchés pour eux-mêmes, comme stimulations, et non comme réactions

Informations ici

Appel à communication – Socialisations sexuelles, organisé par le RT 28 « Recherches en sciences sociales sur la sexualité » et le RT 50 « Socialisations » de l’Association Française de Sociologie avec le soutien de l’AFS, du Cessp, du Cren, de l’Ined et de l’Irisso – date limite : 20 novembre 2020

L’objectif de ces journées est de faire dialoguer sociologie de la sexualité et sociologie de la socialisation. Faire dialoguer ces deux champs de la sociologie revêt des enjeux importants : dénaturaliser la sexualité et mettre au jour ses déterminants sociaux. En matière de sexualité, les représentations naturalisantes, nourries par la psychologie évolutionniste et la psychanalyse, sont légion : les hommes auraient « par nature » des besoins sexuels plus importants que les femmes ; l’hétérosexualité serait « plus naturelle » que l’homosexualité, car « résultat » de l’évolution des espèces. Plus encore, il s’agira au fil de ces journées de montrer comment et combien, les pratiques, mais aussi les représentations de la sexualité sont socialement déterminées. Contre l’idée que la sexualité constituerait une « île enchantée » (Bourdieu, 1998), c’est-à-dire un espace de liberté individuelle échappant aux rapports de domination, travailler sur la socialisation sexuelle permettra de mettre au jour les contraintes sociales qui orientent ce domaine de pratiques et les rapports sociaux qui la traversent

Informations ici

Colloque [en ligne] – Population, temps, territoires (CIST2020), organisé par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Ined et le Campus Condorcet – 18-20 novembre 2020

Dans la dynamique des colloques du Collège international des sciences territoriales (FR2007 CIST), ce cinquième colloque place le concept de population au cœur des débats des sciences territoriales. Central en démographie et en biologie, plus marginal pour d’autres disciplines, le concept de population implique un regroupement d’entités individuelles. Selon les approches, le social, le territorial, le biologique, etc. constitueront le critère privilégié d’agrégation, selon des temporalités et des échelles d’observation variables. Articuler population, temps, territoire dans une perspective transdisciplinaire et internationale est le défi de ce colloque ; au-delà d’une avancée théorique et méthodologique, la diversité des sessions thématiques proposées témoigne que ce triptyque est au cœur des enjeux contemporains

Informations ici

Colloque [en ligne ?] – Situations de délinquance, parcours, désistance, organisé par l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse – 4-5 novembre 2020

En 2020, les journées de valorisation de la recherche ambitionnent de partager avec l’ensemble des acteurs de la protection de l’enfance l’état des connaissances issues de la recherche en sciences humaines et sociales sur la place de la désistance dans des parcours de jeunes en situation de délinquance

Informations ici

Colloque [en ligne ?] – Jeunes, jeunesses et politiques de jeunesse de 1995 à 2020, organisé par l’INJEP – 26 novembre 2020

À l’occasion des 25 ans de la revue Agora débats/jeunesses publiée par l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire aux Presses de Sciences Po, l’INJEP organise, le 26 novembre, un colloque autour des travaux qui ont enrichi et fait évoluer la connaissance en sciences sociales sur la jeunesse et les politiques qui leur sont dédiées

Informations ici

Appel à communication – Penser l’habitabilité du monde : une mise à l’épreuve de la prospective territoriale, organisé par la revue Géographie et cultures – date limite : 1er décembre 2020

Soumettre, comme nous le proposons dans cet appel, la prospective territoriale à l’épreuve de la prise en compte de la multiplicité des opérateurs, humains et non humains (ressources, animaux, éléments, fleuves, etc.), constitue l’occasion d’ajuster l’épistémologie et les méthodes pour enfin faire avec les inouïs de Dominique Boullier (2009), ces « êtres qu’on n’entend pas ». Une évolution qui engage aussi une profonde transformation de nos subjectivités politiques ou de nos cultures politiques. Ce numéro est susceptible d’accueillir des contributions ayant trait aux trois grandes étapes de la démarche prospective : un axe méthodes d’enquête et (re)connaissance des opérateurs du territoire ; un axe représentations et publicisation ; un axe qui articule compréhension et action

Informations ici


Publications et communications des membres de l’équipe :

GUERIN, F. (2020), « Les traques sexuelles entre hommes. Un marqueur de la société commutative », SociologieS [Online], Theory and research

Cet article constitue un témoignage des pratiques sexuelles entre hommes au début du xxième siècle – au moment de la disparition progressive des quartiers gays. Dans leur déroulement contemporain, elles renforcent collectivement la synchronie des temporalités urbaines tout en s’articulant aux temporalités diffuses et individualisées de pratiques ludiques rurales ou urbaines. Cependant, ces pratiques sont marginalisées spatialement et socialement, car subissant les représentations collectives portant sur les nuits. De fait, les pratiques sexuelles des hommes entre eux permettent de lire l’activation de facettes identitaires selon les situations pour faire face au stigmate, à l’injure potentielle et conserver le secret. Une question politique apparaît du point de vue de la gestion de pratiques dépassant le cadre policé des usages dans les espaces publics

NOFRE, J., GIORDANO, E., ELDRIDGE, A., MARTINS, J. C., SEQUERA, J. (2020) « Tourism, nightlife and planning: challenges and opportunities for community liveability in La Barceloneta ». In Shoval N. (Ed.), Tourism and Urban Planning in European Cities, pp. 7-27, London: Routledge

In Barceloneta, one of the beachfront quarters of the city of Barcelona, the rapid expansion of illegal short-term rental apartments for tourists and noise problems related to both alcohol-fuelled nightlife consumption, are challenging community liveability and peaceful urban coexistence between different social groups. Similarly to other worldwide cases, the rapid expansion of touristification on the urban and socio-economic fabric of the city has increasingly become a source of dispute and residents’ contestation. By taking a diachronical critical review, the first part of the text examines the role of urban planning developed in Barceloneta during the period 1950-2016 in transforming the quarter into a leisure-oriented, tourist-oriented quarter. The second part of the paper is based on a a 2-year ethnographic fieldwork that was conducted to capture the range of different voices, stories and discourses produced and reproduced by different actors affected and/or involved in the recent touristification of Barceloneta. Findings obtained confirm that current urban policy and planning are clearly insufficient to tackle and address negative community-based impacts aforementioned. Hence the final section highligts the urgent need for the development and implementation of a new community-based urban planning with the aim of ensuring community liveability and peaceful urban coexistence between different social groups in Barceloneta

NOFRE, J. (2020), « Geografias da governança liminar da noite lisboeta ». In Remoaldo, P. C., Caldeira, M. J., Teles, V., Scalabrini, E. & Rio Fernandes, J. A. (Eds), Livro de Actas do XII Congresso da Geografia Portuguesa Geografias de Transição para a Sustentabilidade, pp. 290-297, Guimaraes, Portugal: Universidade do Minho

This is a new publication based on an ongoing ethnography started in 2010 in the old harbor neighborhood of Cais do Sodré, in downtown Lisbon. This article aims to analyze how the neoliberalization of the night in Lisbon has led to the emergence of some critical challenges for the governance of the “Nocturnal Tourist City”


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search