Octobre 2020


Manifestations académiques :

Séminaire – Etudes sur la nuit / Estudios sobre la noche, organisé par le CISAN-UNAM (México), le Center for Interdisciplinary Research on Montreal McGill (Canada), l’Institut de Géoarchitecture de Brest (France)

Le 28 octobre 2020 à 16h30 : Manuel García Ruíz (Centro de Investigação e Estudos de Sociologia, Lisboa), “Lights on Romania: impacts of a light art circuit” & Chiara Vitrano (Swedish Knowledge Centre for Public Transport at Malmö University), “Time-related accessibility inequalities and the urban night”

Retransmission sur Zoom et YouTube (canal del CISAN). Informations ici

Colloque – Ruptures des pratiques et dynamique du débat. Les sciences humaines et sociales face à la crise du Covid 19, organisé par E. Valdenaire (ENS Paris-Saclay) – 12-13 octobre 2020

Le but de ce colloque est de construire un bilan des interventions des chercheur·e·s en sciences humaines et sociales (SHS) sur la crise sanitaire, publiées dans les médias au cours des derniers mois. Ce bilan valorisera la contribution récente des sciences humaines et sociales au débat public et fournira des outils à celles et ceux qui prendront la parole dans la discussion, qui va maintenant s’intensifier, des conséquences de cette crise. Une large place sera offerte aux chercheur·e·s pour témoigner de leur intervention dans les médias et initier ainsi une réflexion sur ses enjeux, ses conditions, et ses répercussions

Informations ici

Colloque – Gouverner les corps et les conduites, organisé par I. Rivierez (ENS Lyon) – 15-16 octobre 2020

« Gouverner par » les instruments, les nombres, l’écoute, les cartes, les finances publiques, les labels, les accommodements, les fichiers, les honneurs, la science, la proximité, le temps, les prix… Le chantier de la “gouvernementalité” ouvert par Michel Foucault (2004) a suscité de nombreux développements théoriques dans diverses disciplines (Berlivet, 2013), qui en révèlent toute la dimension heuristique pour les sciences sociales. Seize ans après Le gouvernement des corps (Fassin & Memmi, 2004), ce colloque vise à réinterroger les usages de cette notion permettant d’analyser des phénomènes sociaux

Informations ici

Journée d’études – Revenir du combat. Revenir du terrain sensible, organisée par l’IRSEM – 14 octobre 2020

La pratique du terrain en sciences sociales est guidée par la préoccupation centrale de l’accès aux données des chercheurs sur le terrain, et ce d’autant plus lorsqu’il est considéré comme « sensible ». Les observations, les entretiens achevés, les informations recueillies, les problématiques liées au retour peuvent être considérées comme secondaires, ses modalités pratiques mises en arrière-plan. Or, c’est aussi dans les conditions du retour du chercheur (ou du journaliste) que semblent se jouer plusieurs dimensions incontournables de la conduite et de la continuité des recherches en sciences humaines et sociales : comment contrôler la transmission des informations sensibles recueillies ? Comment s’assurer de la bonne utilisation de ces informations par les institutions de rattachement ? Comment maintenir la continuité du lien avec les enquêté·e·s et de leur sécurité lors de la mise en forme et la publication des données ?

Informations ici

Appel à communications – Les terrains de la géographie, organisé par l’Association de géographes français – Date limite : 20 octobre 2020

Lors de la journée de commémoration du centenaire du Comité national français de géographie (CNFG), en partenariat avec l’Association de géographes français (AGF), une session de communications sera consacrée aux terrains de la géographie le 12 décembre 2020. Cet appel à contribution s’adresse à tou·te·s les chercheur·ses jeunes et plus expérimenté·e·s dans toute la diversité thématique de la recherche géographique, qui pratiquent un terrain en s’interrogeant sur cet objet ou sur la posture du chercheur dans son rapport au terrain : terrain « fondamental », terrain addictif ? L’appel à communications vise aussi à interroger la contribution de l’approche géographique sur le terrain de la pluridisciplinarité, ainsi que la diversité et les adaptations des méthodologies liées à l’exploitation d’un terrain ou à son étude

Informations ici

Appel à communications – Le port du masque en période de Covid-19, organisé par S. Volpe (Aix-Marseille Université) – Date limite : 23 octobre 2020

Le présent cycle de séminaires et de webinaires, à vocation internationale, porte un regard comparatif sur les enjeux, approches, politiques, normes, pratiques et controverses à travers le monde. Il permettra de réunir et de faire échanger des chercheur-e-s de différentes disciplines et différents pays, qui se sont interrogé-e-s sur la « question des masques » – une question restée constamment présente en période de COVID-19 depuis le début de la diffusion du SARS-CoV-2 à travers le monde, qui peut être abordée sous plusieurs angles – et des problèmes afférents, afin d’explorer les différentes démarches entreprises, par rapport à la problématique « masque(s) et prévention de la transmission du COVID-19 », dans différents contextes nationaux, juridico-politiques, sociaux ou culturels, et de les confronter entre elles

Informations ici

Appel à propositions – Cohabiter dans la ville : troubles, résistances, coopérations, organisé par la revue Espaces & Sociétés (F. Bouillon, M. Maurin et P. Pichon) – Date limite : 1er novembre 2020

Ce dossier d’Espaces et sociétés invite à explorer des situations de cohabitation dans la ville,le plus souvent involontaires, entre citadins, quels que soient leur statut – propriétaires et locataires, résidents d’établissements de logement ou de foyers d’hébergement. Nous entendons la notion de cohabitation au sens propre comme « le fait d’habiter ensemble » et dans un sens extensif, comme une organisation sociale de la sphère privée et intime en des lieux et selon des contiguïtés extrêmement divers

Informations ici

Appel à propositions – Drug places between knowledge and representations, organisé par M. Germès (CNRS) – Date limite : 31 octobre 2020

The aim of this special issue on drug places is to focus on the spatiality of drug and alcohol practices and policies, in order to question how researchers do explicitly or implicitly spatialise practices and policies

Informations ici

Appel à communications – La juvénilisation des politiques publiques : engagements, gouvernances et territoires, organisé par J-B Contamin (Université de Lille) – Date limite : 15 octobre 2020

Depuis des décennies, se sont succédées en Europe et au-delà, des générations de politiques publiques visant à intervenir sur ou en accompagnement des jeunes, autour de thématiques comme l’insertion, l’accès à l’emploi, l’éducation, les pratiques médiatiques, informationnelles et numériques, la citoyenneté. Ces politiques se sont déclinées autour trois principaux modèles : soit des programmes d’action (planification) thématiques ou stratégies jeunesse de niveau étatique sous l’impulsion de Ministères nationaux et/ou fédéraux, soit des dispositifs inspirés de l’affirmative action (Blanchard 1989) ciblant des populations et/ou territoires spécifiques, soit celui de politiques de jeunesses dites intégrées dans le cadre d’une régionalisation, d’une décentralisation de l’action publique. Toutes ces politiques sont restées caractérisées par un relatif flou. Quels sont les « problèmes sociaux » visés par les politiques publiques territoriales en direction de la jeunesse ? À quelles problématiques socio-politiques répond la juvénilisation des politiques publiques territoriales ?

Informations ici

Appel à propositions – Soulèvements sociaux : destructions et expérience sensible de la violence, organisé par la revue Socio – Date limite : 26 octobre 2020

Deux questions centrales guident ce dossier : pourquoi le recours à la violence et à la destruction matérielle attire-t-il au point que nombreux sont ceux qui y prennent aisément une part active ? Et, seconde question, politique : que dit la généralisation des pratiques de violence et de l’agir destructif de notre époque et des attentes existentielles qui se nichent en leur creux ? En d’autres termes, que disent ces phénomènes sur notre époque, sur les attitudes qui se développent face au monde et sur la façon dont les révoltés s’y prennent pour le domestiquer ?

Informations ici

Appel à propositions – Monstration et dissimulation du corps humain dans l’espace public, organisé par L. Kondratuck (Université de Franche Comté) – Date limite : 15 octobre 2020

Que peut-on montrer dans la société ? Que doit-on dissimuler ? Quelles injonctions sont faites aux sujets ? Où place-t-on le curseur de la monstration / dissimulation chez les acteurs que sont le législateur, le juge, le sujet de droit, le justiciable (demandeur / défendeur) qui serait sujet montrant ou regardant ? Quelles opérations de codage, de catégorisation, de normalisation, de responsabilisation, ou encore de dressage de la corporéité sont à l’œuvre dans la société, en général, chez le législateur et le juge, plus particulièrement ? Les aspects suivants seront abordés : le corps saisi par les religions et la morale ; le corps du délinquant sexuel et du patient ; le corps sans entraves et sexuel ; le corps et/de l’artiste ; le corps de la revendication et de la contestation

Informations ici

Appel à propositions – Habiter son logement : expériences et conséquences du confinement, organisé par la Revue des politiques sociales et familiales – Date limite : 1er novembre 2020

L’épisode de la crise sanitaire traversée au printemps dernier a non seulement eu un impact considérable sur nos vies personnelles, familiales et professionnelles, à l’échelle de la planète, mais aussi généré un grand nombre d’études et de recherches pour en comprendre les conséquences. Ce numéro de la Revue des politiques sociales et familiales (RPSF) questionnera les usages de l’espace privé dans une situation d’assignation à domicile à partir de trois axes : le confinement comme révélateur d’inégalités et de tensions ; la (re)découverte d’usages du logement ; le confinement comme déclencheur de changements ou prolongement de modes de vie antérieurs

Informations ici

Appel à communications – Ville, évènementiel, méga-événements et tourisme, organisé par ORME, AsTRES et Futurs Urbains – Date limite : 31 octobre 2020

Cette troisième conférence de l’Observatoire de recherche sur les méga-événements (ORME) de l’université de Paris Est est organisée conjointement avec l’Association AsTRES, un réseau d’universités et d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche spécialisés dans la recherche et la formation autour du tourisme et qui fête ainsi sa Xe conférence en partenariat avec le groupe « Ville tourisme transport et territoire » du labex Futurs urbains

Informations ici


Publications et communications des membres de l’équipe :

POUPEAU F., RAZAFIMAHEFA L., 2020, « Comprendre les coalitions de politiques publiques à partir de l’analyse des ressources multiformes mobilisées au sein des réseaux d’acteurs », Virtual Sunbelt, 13-17 juillet

Cet article à vocation méthodologique présente une manière spécifique d’identifier et représenter les coalitions de politiques publiques selon une analyse basée sur l’approche des « coalitions de cause » (Advocacy Coalition Framework), à laquelle sont intégrés de nouveaux principes d’analyse. Le modèle développé consiste à prendre en compte, de manière combinée, trois types de ressources mobilisées à travers les réseaux d’acteurs : les ressources relationnelles qu’ils acquièrent de par leur positionnement et leur influence dans ces réseaux, leurs croyances partagées, ainsi que leurs ressources personnelles (trajectoires scolaires, professionnelles et militantes). Nous avons appliqué la méthodologie dans le cadre d’un projet de recherche portant sur la fabrique des politiques environnementales à partir de conflits pour l’accès à la ressource hydrique dans les Amériques (Bolivie, Brésil, Etats-Unis, Mexique, Pérou), en nous focalisant plus précisément sur la problématique de l’émergence de coalitions multi-niveaux d’acteurs

GWIAZDZINSKI, L., 2020, « Il est temps. Petit plaidoyer pour une approche spatio-temporelle et rythmique des villes et des territoires« . CAMBO : CAhiers de la Métropole BOrdelaise , Bordeaux : Éd. Le Festin, pp. 29-33

Face aux limites des recherches et expérimentations urbaines dans les approches temporelles, le concept de « rythme » apparaît comme un bon candidat pour la lecture et l’écriture des mondes en mouvement, une nouvelle piste pour le chercheur, l’aménageur et l’urbaniste

GWIAZDZINSKI, L., 2020, « Ce que la nuit raconte au jour », Ateliers d’anthropologie [Online], 48

L’article montre la montée en puissance de la nuit comme champ de recherche interdisciplinaire (night studies). Cherchant à dépasser la mise en équation de la nuit, il met en évidence les apports de son exploration pour le jour comme la désorientation positive et l’apprentissage d’une pensée nuitale permettant de gérer les contradictions d’une société hypermoderne. Compétence de tout le monde et de personne, la nuit urbaine oblige à l’échange et à la coopération et permet d’intégrer les questions de vie quotidienne et les dimensions sensibles. Cet espace-temps peu exploré est propice à l’innovation dans les méthodes et les outils de recherche comme dans les politiques publiques. La nuit permet également d’ouvrir quelques chantiers prospectifs plus larges autour des notions de citoyenneté et de gouvernance temporaires et d’urbanisme des temps. Enfin, l’article invite à la fois à la poursuite de l’exploration et à la mesure : sans lumière pas de ville la nuit, mais trop de lumière tue


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search