Déconfiner la vie nocturne, un défi urbain


Les Hôtels, Cafés et Restaurants (HCR) ont reçu l’autorisation d’ouverture administrative à partir du 2 juin 2020, dans le cadre de la seconde phase du déconfinement lié à la pandémie de la Covid-19. Il apparaît alors intéressant, durant cette période, de comprendre comment vont se redéfinir les sociabilités festives et les liens entre acteurs du monde de l’industrie des loisirs nocturnes. En effet, ces établissements de loisirs peuvent rouvrir, ainsi que les théâtres et salles de spectacle, et les parcs et jardins qui étaient restés fermés dans les zones rouges. Des conditions restrictives subsistent pour autant au sein des départements où la propagation du virus est moins maîtrisée, tels l’Île-de-France, la Guyane et Mayotte, amenant à n’ouvrir que les terrasses des cafés et restaurants jusqu’au 22 juin.

Il apparaît alors intéressant de comprendre les conséquences de la crise sanitaire liée au coronavirus pour la structuration du monde des loisirs nocturnes et les modes de consommation liés. Il s’agit de décoder les sources de conflits et arrangements entre les acteurs de ce monde social et les mécanismes créant des inégalités socio-spatiales face au droit aux loisirs nocturnes, afin d’éclairer l’action publique. De fait, la fermeture administrative des cafés, hôtels, restaurants, discothèques (CHRD) durant la période de confinement liée à la Covid-19 a renforcé les difficultés de ce secteur économique, nécessitant la mise en place de dispositifs de soutien pour la survie du tourisme à l’échelle nationale.

Penser le déconfinement amène ainsi à accompagner la sortie de crise au niveau économique du secteur de l’industrie des loisirs nocturnes et des relations interpersonnelles entre consommateurs et avec les artistes. De plus, la réouverture progressive des établissements, dans un contexte de pandémie, nécessite la mise en place de dispositifs matériels et immatériels pour éviter la propagation du virus (réaménagements et gestion des comportements), amenant à interroger les mesures de prévention mises en place (et renouvelant les mesures précédentes face aux risques liés aux substances psychoactives et relations sexuelles sans lendemain). Cependant, de nouvelles pratiques ludiques et espaces (dont virtuels) se sont mis en place durant la crise sanitaire, redéfinissant le monde de l’industrie des loisirs nocturnes, ainsi que les valeurs culturelles propres à ce secteur. Ceci permet de mieux cerner les stratégies de déconfinement et leur mise en œuvre, à la fois pour les acteurs de l’industrie des loisirs nocturnes et les usagers.

En effet, les acteurs de la prévention se questionnent pour toucher des consommateurs qui multiplient les regroupements en appartement privé ou dans la rue. Les municipalités s’inquiètent des impacts pour les riverains en termes de comportements festifs dans l’espace public et du développement économique local face à la désertion touristique et estudiantine. De la sorte, plusieurs acteurs structurants ont mis en place des actions pour réfléchir aux enjeux liés au déconfinement de la vie nocturne tel Efus-Ffsu, la Plateforme de la vie nocturne, etc. à l’échelle globale et, localement, les villes de Nantes, de Bordeaux, de Lille ou de Grenoble avec le chercheur L. Gwiazdzinski. Il s’agit ainsi de répondre à une demande sociale concrète et urgente pour les acteurs du monde des loisirs nocturnes, nécessitant un regard critique par rapport aux dispositifs mis en place dans le cadre de l’ouverture progressive des établissements, des stratégies de développement local des villes intermédiaires par rapport au secteur des loisirs nocturnes et du développement des interactions sociales face aux externalités positives des loisirs nocturnes.

Ce programme de recherche permet d’articuler six dimensions. En termes économiques, le secteur des loisirs nocturnes était structurellement fragile avant la crise sanitaire et il a subi brutalement une cessation de son activité du fait de fermetures administratives. L’estimation actuelle correspond à un dépôt de bilan pour 20 à 30 % des établissements. En quoi la crise sanitaire actuelle amène-t-elle à redéfinir le modèle économique du secteur des loisirs nocturnes et le dialogue social entre acteurs le structurant ? Cependant, ce sont aussi les ambiances nocturnes et aménagements des espaces qui se voient chamboulés. Les impacts des activités de loisirs nocturnes (nuisances sonores, olfactives, etc.) amenaient au développement de conflits mais, durant le confinement, les villes sont devenues silencieuses et peu éclairées de nuit. Les premières actions liées à la réouverture des cafés et restaurants correspondent à un développement des terrasses dans l’espace public et à un réaménagement des lieux pour respecter la distanciation spatiale, posant des problématiques de concentration festive et nuisances potentielles. En quoi la crise sanitaire actuelle amène-t-elle à redéfinir la place des loisirs nocturnes en ville et le traitement des espaces publics à la faveur du piéton ?

Plus largement, des questionnements se posent en termes d’attractivité territoriale et touristique inter-urbaine. En effet, des espaces urbains étaient surinvestis pour les pratiques de loisirs nocturnes (tels les centres-villes réaménagés pour l’occasion) face à d’autres espaces délaissés. Or, durant le confinement, des espaces ludiques virtuels se sont développés. Le déconfinement progressif reste cependant restreint en termes de distance autorisée à parcourir par rapport au domicile, amenant à une moindre fréquentation touristique. En quoi la crise sanitaire actuelle amène-t-elle à redéfinir la géographie (dont virtuelle) des loisirs nocturnes, donc les ressources valorisées pour rendre un territoire attractif ? Cela permet de revenir, à un niveau micro, sur les degrés d’urbanité. Les espaces de loisirs nocturnes étaient en effet traversés d’inégalités sociales en termes d’accessibilité. De nouveaux types d’interactions sociales et de pratiques de loisirs se sont développés durant le confinement. Cependant, l’incertitude concernant une seconde vague de contamination amène au développement de mesures de prévention sanitaire et de distanciation sociale. En quoi la crise sanitaire actuelle amène-t-elle à redéfinir les interactions sociales au sein du monde des loisirs nocturnes (dont virtuelles) et, plus largement, les cultures urbaines ?

Dans ce cadre, les acteurs du monde des loisirs nocturnes se questionnent quant à leur survie économique et à la possibilité de mettre en place les normes sanitaires prévues. En effet, un protocole sanitaire a été rendu obligatoire par le Ministère de la santé, comprenant – entre autres – l’obligation du port du masque à l’intérieur d’un établissement, le renforcement des mesures d’hygiène et de désinfection du matériel utilisé, une distance d’un mètre entre chaque table de clients, un maximum de dix convives par tablée, une consommation debout à l’intérieur de l’établissement prohibée ou la présentation sans contact du menu.

Il reste à prendre en compte le fait que ces interactions sociales liées à la festivité sont contraintes par le respect de l’ordre socio-urbain. Des dispositifs de répression et de prévention situationnelle étaient mis en place dans les espaces publics pour policer les comportements liés à l’industrie des loisirs nocturne. La surveillance des comportements s’est accentuée durant le confinement et le contrôle du respect des normes édictées par le gouvernement semble reposer sur un certain flou juridique. En quoi la crise sanitaire actuelle amène-t-elle à redéfinir les normes au sein du monde des loisirs nocturnes et le sentiment de bien-être de ses usagers ? Plus largement, c’est l’imaginaire collectif qui est questionné, avec des mouvements populaires qui se développaient face au modèle de développement économique actuel (qui ne préserverait pas les plus vulnérables et les ressources environnementales). Or, ces formes de mobilisation collective se sont transformées du fait de l’angoisse collective et de l’incertitude du contexte. En quoi la crise sanitaire actuelle amène-t-elle à redéfinir les modalités de l’action collective et le récit collectif lié au monde des loisirs nocturnes ?

Ces thèmes sont à analyser en articulant trois échelles temporelles : pendant le confinement (moment de la perturbation), durant la gestion de la crise sanitaire (moment de l’adaptation) et à l’avenir (à travers une prospective des impacts potentiels liés à la redéfinition des modalités de l’action collective). Il en est de même en termes spatial, en articulant l’échelle micro- (d’un groupe social, d’un établissement, d’un quartier, etc.) redéfinissant à son échelle ses manières de penser, percevoir, sentir et agir, face à la mise en place de stratégies de gestion différenciées aux échelles mezzo- (d’une ville) et macro- (d’un territoire d’influence régional), donnant une place variable à l’industrie des loisirs nocturnes.

Les conséquences du confinement et de la fermeture administrative – en France – des cafés, hôtels, restaurants, discothèques constituent donc un enjeu majeur des politiques de sortie de crise en termes économiques, mais aussi en rappelant les valeurs sociales et culturelles de la vie nocturne au sein de nos sociétés européennes aux échelles locales, régionales et nationales. Cela constitue aussi une opportunité pour rendre ce secteur résilient face aux prochains épisodes de crise sanitaire. Pour autant, le contexte d’incertitude et d’angoisse collective ont pu amener au développement de contrôles sociaux et biopolitiques, amenant notamment à séparer les personnes « saines » des personnes « infectées », rappelant des formes de ségrégation ayant eu cours durant le pic de l’épidémie liée au VIH et amenant à repenser les modalités des mesures préventives et de soutien aux plus vulnérables. Or, par le passé, l’articulation entre les pratiques sexuelles entre hommes et le champ nocturne s’est souvent opérée à travers la lorgnette de l’homosexualité masculine et des pratiques les vulnérabilisant (Gaissad, 2013) : prises de drogues, festivités débridées, VIH, menant à percevoir l’homosexuel sous l’angle pathologique (au sens de Durkheim, 2007), tel un être a-moral et vulnérable devant être biomédicalisé. L’analyse des représentations sociales des usagers permettrait d’apporter un regard critique sur la gestion biomédicale des comportements.

In fine, le vécu temporel différencié la nuit semble exprimer un retrait face aux normes diurnes de la prévisibilité et de l’accélération du temps. La gestion urbaine des nuits devient délicate du fait de ces incertitudes. Deux enseignements peuvent en être retirés. Tout d’abord, la pensée ne porte pas véritablement sur la nuit, mais se déploie à partir de la nuit et la nuit ne peut être appréciée qu’en discourant à partir d’elle (Leyenberger, 2005). Plus largement, l’hypothèse sous-jacente est celle selon laquelle l’étude de la nuit est susceptible d’apporter des outils méthodologiques et des catégories d’analyse pertinents pour les études urbaines diurnes. La nuit deviendrait une sorte de laboratoire d’analyse, où les signaux faibles permettent d’améliorer la compréhension des enjeux socio-urbains diurnes. Explorer les nuits urbaines de manière intégrée ouvre de nombreuses perspectives, un monde de potentiels à découvrir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search