La nuit « éteinte ». La capacité de résilience du monde festif

La propagation de l’épidémie du coronavirus a encouragé le gouvernement français à prendre des mesures par décret début mars 2020 pour interdire d’office les rassemblements de plus de 5 000 personnes, puis de plus de 1 000 personnes en même temps dans un milieu ouvert ou fermé. Ce mouvement s’est traduit par l’annulation progressive de plusieurs spectacles. Les organisateurs de soirées et gérants de boîtes de nuit – contactés par Trax Magazine[1] – relèvent alors l’incertitude concernant la durée et le potentiel durcissement de cette interdiction. Les premières stratégies d’adaptation se sont opérées par la réduction de leur jauge, le respect des mesures d’hygiène exceptionnelles et la reprogrammation des événements. Cependant, les difficultés structurelles du secteur culturel et festif se font jour. La Fédération des entreprises du spectacle vivant, de la musique, de l’audiovisuel et du cinéma a ainsi demandé un soutien financier des autorités publiques.

L’entrée dans la crise sanitaire s’est durcie avec la mise en place de la « règle des 100 » le samedi 14 mars 2020, amenant nombre de clubs à fermer leurs portes (tels le Rex Club, la Machine du Moulin Rouge ou le Faust à Paris), puis le même jour, l’annonce de la fermeture administrative des lieux recevant du public « non indispensables » à la vie du pays. Cela signifie que les cafés, bars, restaurants, cinémas, salles de spectacles et discothèques doivent fermer leurs portes.

Les liens entre les divers acteurs des nuits festives apparaissent. Des plateformes sont créées telle Nighttime.org[2] afin d’apporter des conseils face aux impacts économiques négatifs de la crise du coronavirus, avec un diagnostic engagé ville par ville. Mais l’incertitude continue à planer sur les festivals français. Ainsi, les appels à la solidarité fusent, tel l’« Appel des Indépendants » lancé par le festival Nuits sonores (Lyon) et relayé à l’échelle nationale (à travers des plateformes comme « Trax for Culture ») et internationale (avec la plateforme lituanienne Vilnius Night Alliance). L’objectif est de faire reconnaître les valeurs de l’industrie créative des loisirs nocturnes en termes de lien social, et ses risques financiers pour les petites structures. La mobilisation générale (dont les acteurs des Free Party) rappelle celle entre acteurs LGBT+ lors de la crise sanitaire liée au VIH.

Un secteur économique fragile à l’avenir incertain

L’industrie culturelle nocturne regroupe de nombreux emplois directs et indirects, parfois déjà très précaires en termes de contrats, de salaires ou d’horaires de travail. Sont ainsi concernés les artistes, les salariés (serveurs, barmen, etc.), les exploitants et propriétaires de lieux, les entreprises événementielles, les divers techniciens, les agents de sécurité, les entreprises de nettoyage, mais aussi les chauffeurs de taxi nocturnes, les industries d’alcooliers, etc. Ainsi, le monde du spectacle vivant représentait en 2018 un chiffre d’affaires total de 9 milliards d’euros et 230 000 emplois. Le monde de la musique lié à la vie nocturne, quant à lui, représentait en 2018 un chiffre d’affaires d’environ 4,5 milliards d’euros et 170 000 emplois (dont 40 283 au sein des discothèques)[3]. Pour donner des éléments de comparaison, en France, le secteur de l’industrie du textile-habillement représente 103 000 emplois (2018). Le monde culturel de la vie nocturne est aussi l’équivalent de l’ensemble de la population active d’un département comme l’Ain, la Savoie ou la Somme…

Le gouvernement français a annoncé des mesures pour soutenir ce secteur, tel le maintien du droit à l’assurance chômage et aux droits sociaux durant la période de confinement, ou la demande de recours au travail partiel indemnisé et pris en charge par l’Etat et l’Unédic à hauteur de 70 % de SMIC horaire. Mais ces mesures ont été critiquées car elles ne tiennent pas compte de l’annulation des manifestations estivales. Le Centre National de la Musique a lancé un fonds de secours de 11,5 millions d’euros pour aider les TPE et PME à l’activité compromise (notamment pour les artistes, auteurs et compositeurs) et les prélèvements de la Sacem sont suspendus. Plus largement, les entreprises du secteur bénéficient des aides spécifiques mises en place par l’Etat avec les Régions. Ce type d’aide au secteur culturel se retrouve ailleurs, tel au Québec où la Ministre de la Culture et des Communications a promis des mesures pour assurer la rémunération des artistes et travailleurs autonomes. Le programme d’aide allemand au secteur culturel s’élève quant à lui à hauteur de 50 milliards d’euros.

Résister à l’extinction des feux ?

La légitimation majeure de l’industrie culturelle est la création de lien social et le partage d’émotions en commun. A cet effet, des initiatives ont été mises en place pour faire entrer la culture au sein des foyers des Français. Le Ministère de la Culture a lancé la plateforme #CultureChezNous pour diffuser les contenus culturels de grandes institutions, tels des Opéras ou la Philharmonie de Paris. Le Montreux Jazz Festival a mis en ligne 50 concerts en accès libre. Entre opérations de communication et solidarité, les modalités festives se réinventent à distance pour supporter psychologiquement le confinement et renforcer les liens sociaux. Il en est ainsi de l’organisation de concerts en direct en streaming, tel le festival « Je Reste à la Maison » ou le festival du magazine Tsugi sur Facebook, voire le concours de danse quotidien du collectif Possession. Progressivement, les acteurs culturels montrent leur soutien au monde médical en proposant, par exemple, la gratuité au festival Electrik Park (Paris).

A l’international, les clubs berlinois diffusent sur la plateforme de streaming « United U Stream » la musique d’un club chaque soir à partir de 19 heures. Des DJs ont très tôt publié de longs mixs accessibles en ligne, tels Laurent Garnier, Manu le Malin ou DJ Marcelle. Cependant, les artistes ne peuvent pas vivre de ces initiatives, solidarité rimant avec gratuité. Les acteurs s’organisent alors entre eux, tel le média Resident Advisor ou la plateforme Beatport qui ont mis en ligne, respectivement, un live stream de 42 heures et 24 heures pour collecter des fonds afin de soutenir la scène musicale électronique. Il en est de même de la plateforme de téléchargement Bandcamp qui a reversé ses recettes du vendredi 20 mars aux musiciens, soit 4,3 millions de dollars. Le public est aussi invité à participer au maintien de l’industrie culturelle à travers des dons et dispositifs de report d’événement.

Par conséquent, se dessine une nouvelle géographie de la vie nocturne permettant de sortir la production musicale de lieux physiques dédiés et de mettre en réseau des territoires déconnectés. La démocratisation du « droit à la nuit » festive semble se profiler, impliquant une prise de distance vis-à-vis des systèmes d’experts monopolisant le marché culturel et festif, avec une incertitude pour l’avenir des créatifs.


[1] Trax Magazine (2020), « Coronavirus : comment les clubs et soirées de plus de 1 000 personnes s’adaptent dans l’urgence », 9 mars [en ligne].

[2] Cette plateforme est portée par le groupe de consultance international VibeLab (fondé en 2018 par le berlinois Lutz Leichsenring et le néerlandais Mirik Milan) et regroupe les initiatives internationales pour minimiser les dommages pour les industries nocturnes.

[3] Ces données sont issues de l’étude suivante : EY-France Créative (2019), L’économie mosaïque. 3e Panorama des Industries Culturelles et Créatives en France, novembre, 108 pages.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search