Privés de fêtes, comment résistent les étudiants ?

Suite aux premières restrictions appliquées au monde festif du fait de l’épidémie du Covid-19, la réaction des fêtards[1]  a d’abord été partagée entre le déni de la dangerosité de la propagation du virus et la prise de conscience rapide. Il s’agit bien là de la première phase du deuil[2]  des soirées festives : le refus de légitimer les mesures gouvernementales. Le message contradictoire du président de la République qui assistait le vendredi 6 mars à une représentation d’une pièce de théâtre a sans doute participé à cette posture. Les réactions ont ensuite emprunté un raisonnement analogique marqué de résistance en effectuant la comparaison entre l’interdiction des rassemblements festifs de plus de 1 000 personnes et l’accès aux autres espaces publics (tels les transports en commun et supermarchés). Un sentiment d’injustice se fait alors jour pour les plus grands fêtards, continuant d’investir les établissements de loisir jusqu’à leur fermeture administrative.

L’annonce du confinement a mis fin aux soirées festives dans les lieux publics et en appartement. Mais les fêtards – représentés comme jeunes donc invincibles – ont pu résister tels que les médias l’ont retransmis avec la poursuite du Spring Break aux Etats-Unis. Un couvre-feu a été mis en place dans certaines villes telle celle de Montpellier afin, officiellement, de lutter contre la propagation du virus et, officieusement, de renforcer la lutte contre les cambriolages et le trafic de drogues. En effet, les acteurs de la santé publique, notamment les associations de prévention, s’inquiètent d’une surconsommation de substances psychoactives (alcool, tabac, drogues) du fait de l’ennui et de la perte de lien social. Après la gestion de l’angoisse du réapprovisionnement, c’est la gestion du stigmate qui joue pour affronter les risques liés à la dépendance pour surpasser ses propres angoisses.

Pour autant, nombre d’initiatives ont fleuri du côté des consommateurs nocturnes, acceptant le fait de ne pas pouvoir festoyer comme avant. Il semble raisonnable d’envisager a minima une forme de résilience psychologique, c’est-à-dire, le fait d’intégrer la perturbation pour se reconstruire de manière socialement acceptable[3]. Il en est ainsi de l’organisation de « La Fête aux balcons » où chacun est invité à diffuser une heure de musique pour soutenir les soignants. Les « apéro fenêtre » se multiplient à l’initiative de riverains, municipalités ou établissements. Des applications se développent également tel Corona Party qui permet de reconstituer l’illusion d’une fête à domicile à travers un jeu vidéo. Nombre de soirées sont ainsi organisées à distance, parfois virtuellement en utilisant un outil de visioconférence.

Une vie étudiante en retrait

Une analyse préliminaire d’un questionnaire[4] diffusé auprès des étudiants montpelliérains et rémois permet de mieux comprendre l’évolution de leurs pratiques festives. Le fait marquant est que deux tiers des interrogés déclarent ne plus avoir de vie festive depuis le premier jour du confinement, et quasiment un tiers déclarent que cela ne leur manque pas. Pour autant, cette vie festive manque à plus de la moitié des étudiants. A cette fin, ils participent classiquement à des soirées avec ceux avec qui ils sont confinés (21 %), peu déclarant déroger à l’interdiction (5 étudiants sur 866).

De nombreux étudiants innovent en termes de vie festive en se connectant virtuellement avec des connaissances (42 %) et en écoutant les musiques déposées en ligne pour l’occasion (12 %). Les autres alternatives semblent utilisées de manière plutôt marginale, tel le fait de participer à des événements collectifs sur les réseaux sociaux avec des inconnus (23 étudiants), à des fêtes au sein de jeux en ligne (15 étudiants), ou à des « apéro fenêtre » (13 étudiants). Les relations sociales apparaissent, certes, affaiblies mais pas absentes : la moitié des étudiants déclarent être en relation avec 1 à 3 personnes au quotidien, et environ 40 % avec plus de 4 personnes. Les modes de communication privilégiés sont majoritairement les messages (SMS, emails, etc.), puis le face à face, les appels téléphoniques et visioconférences. Ces contacts (et la moindre festivité) peuvent être dus au fait que nombre d’étudiants sont rentrés dans leur résidence familiale.

Le confinement modifie plus largement leur mode de vie. Ils ont tendance à se coucher plus tardivement que durant une semaine de cours (avec un décalage de deux heures, proche de l’heure du coucher du week-end hors confinement). Cependant, les consommations de substances psychoactives ont tendance à diminuer pour 68 % des répondants en termes d’alcool, la moitié des fumeurs de tabac et deux tiers des consommateurs de cannabis. Il en est de même pour les autres drogues (57 répondants sur 71) et les relations sexuelles (360 répondants sur 567). Des questions se posent plus spécifiquement sur les quelques étudiants marginalisés durant cette période : 44 étudiants déclarent n’avoir aucun contact quotidien et 64 déclarent n’avoir aucun contact de face à face. Les formes de consommation de substances psychoactives ont augmenté pour une part réduite d’entre eux : 49 étudiants pour l’alcool, 55 pour le tabac, 22 pour le cannabis et 5 pour les autres drogues. Cela pourrait s’expliquer par le sentiment d’être en vacances, et probablement la sensation exacerbée de solitude.

Alors que la distanciation sociale et le confinement produisent de nouvelles ambiances nocturnes en ville, teintées de calme et d’obscurité, le monde virtuel se développe. Les liens sociaux se multiplient, souvent éphémères. Une sphère publique critique se dessine entre le public et les acteurs de l’industrie des loisirs nocturne. Pour autant, un certain entre soi semble perdurer en pratique. Il sera intéressant de voir comment vont se redéfinir les sociabilités festives suite au déconfinement partiel : l’évocation des Free Parties clandestines des années 1990 est l’un des possibles qui pourraient se dessiner alors. Une certitude : cette période montre la persistance d’une capacité d’innovation malgré sa présentation violente en termes de délitement du lien social.


[1] Visible notamment sur les commentaires Facebook des plateformes de la vie festive.

[2] Selon le modèle proposé par KLUBER-ROSS, Elisabeth (1975[1969]), Les derniers instants de la vie, Genève, Labor et Fides (trad.).

[3] BONANNO, George (2009), The Other Side of Sadness: What the New Science of Bereavement Tells Us About Life After a Loss, New York, Basic Books.

[4] Le questionnaire s’intéresse aux modalités de consommation festive des étudiants suivant une formation au sein des villes de Montpellier et de Reims. 7 questions portent sur la période liée au confinement. Il a été diffusé avec les services universitaires à partir du vendredi 27 mars 2020. L’échantillon est composé de 413 étudiants montpelliérains et 453 étudiants rémois, principalement de sexe féminin (676 étudiantes, soit 78 %) et suivant un cursus universitaire (753 étudiants, soit 87 %).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search